Une saison au Niger

Une saison au Niger

Projection de la série nigérienne "Une saison au Niger" de Samira Seyni DJINGO, le 06 Avril 2019 au CCFN. Lire

Ma Belle Mère Ma Coépouse

Ma Belle Mère Ma Coépouse

Double Projections du film nigérien "Ma Belle Mère Ma Coépouse" de Moussa Hamadou DJINGAREY à Niamey le jour de la fete de Ramadam 2019 au Canal Olympia Blue Zone, à 17H et à 21H. Prix d'entrée : 3000F Lire

Slide # 3

Toukountchi Festival de Cinéma du Niger TFCN

LANCEMENT des inscriptions ce jour 24 MARS 2019 de la 4 ème édition Toukountchi Festival de Cinéma du Niger a Niamey du 30 octobre au 02 novembre 2019 qui sera couplé aux 3 èmes éditions de la Semaine de la Critique du Cinéma Nigérien et le Festival de films d'Animation (Hommage à Moustapha Alassane) Lire

Slide # 4

6è édition du Festival International du film sur les droits de l'homme FIFIDHO

La 6è édition du Festival International du film sur les droits de l'homme FIFIDHO se tiendra à Niamey le 06 avril 2020 sur le thème "La gouvernance africaine, quel chef d'état pour une Afrique émergente ?" Lire

2e Short Film Festival

2e Short Film Festival

Le 2ème Short Film Festival de l’Ambassade des États-Unis aura lieu à la Salle Canal Olympia Hippodrome, le 30 mars 2019 Lire

mercredi 5 juillet 2017

Le Film "Mamy Wata" (1989) de Moustapha Diop

Le Film "Mamy Wata" (1989) du Réalisateur Nigérien Moustapha Diop actuellement sur Télé Sahel

Mamy Wata est un film nigérien de 1989, réalisé par Moustapha Diop , produit au Niger . Présenté au 28e Festival du Film Africain de Vérone .

Terrain

La saga de deux familles, l'une et l'autre de l'Afrique française , au cours de l'expérience du colonialisme et de la lutte pour l'indépendance. Mamy Wata, « déesse de l' eau », est l'élément magique qui
intervient et change le cours des événements, une étape irrationnelle qui nous rapproche du monde de la culture, religieuse africaine . En 1976, Justin, diplômé en médecine en France, revient dans son village désireux d'aider le développement de son peuple. Le défi, cependant, est beaucoup plus difficile que prévu: le président Ohounou, qui pendant des années a poursuivi la famille Justin, envisage de construire un grand barrage et d'évacuer les villageois. En 1981 , Justin maintenant amer et alcoolique, est poussé par son ami Francese Evelyne pour lancer le défi. Accompagné d'une poignée de rebelles peu probables, Justin commence sa bataille: déterrer le sceptre de la famille et venger son père tué en 1968 par le président Ohounou. Le père de Justin, alors ministre de l'Agriculture avait en effet fermement opposé à l'imposition d'arachide et de coton monocultures, ce qui enlèverait les terres des agriculteurs et enrichit Calvetti, un homme d'affaires français, et le président Ohounou. La guerre entre Justin et Ohounou déchaîne un choc de Mamy Wata et un esprit de djinns invoqués par Ohouho. A la fin de Mami Wata, victorieux, il exhortera Justin et ses hommes de ne pas abandonner la lutte.

Sujets

La séquence initiale annonce un film politique et une plainte contre un dictateur corrompu d'un indéfini pays ouest-africain. Un montage qui alterne images de Paris et un village africain, prévoit également un thème classique du cinéma africain: le contraste entre tradition et modernité, représentée par le retour à l'Afrique d'un jeune intellectuel qui a été formé à l'étranger et désireux d'aider son pays. Dans la deuxième partie du film, l'emporte élément surnaturel représenté par Mamy Wata, divinité aquatique populaire en Afrique et dans les Amériques. Mamy Wata, le caractère central pour la conduite des événements, s'oppose à la construction de la route à la nouvelle colonie agricole, tuant deux ouvriers et la fille de Calvetti et accompagne Justin dans sa bataille. Paladina d'une relation entre l'homme et la nature non contaminée par la modernité invasive et généralement imposée par l'Occident est présenté comme une preuve de la tradition culturelle véritablement africaine. Dans le film apparaissent des personnages plus féminins liés à l'eau, peut-être des messagers de la même Mamy Wata, qui renforcent et rendent la présence plus répandue de dieu de l'eau.

Style

Le film hybride stylistiquement, mélange citations occidentales, le contenu politique et les références au monde surnaturel.
LONG Métrage | 1989


Pays concerné : Niger

Réalisateur(s) : Moustapha Diop

Avec : Sidiki Bakaba, Zalika Souley, France Zobda, David-Pierre Fila, Sotigui Kouyaté, Aï Keïta Yara, Nara Keo Kosal, Moustapha Diop, Gustave Sorgho, Umban Gomez De Kset, Sékou Ouédraogo, Fifi Dalla Kouyaté

Durée : 90

Type : fiction
Scénario : 
Moustapha DIOP
Image :
Nara Keo KOSAL, Sékou OUEDRAOGO

Montage :
Angela SUSANI

Directeur de production:
David Pierre Fila

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Votre message