Une saison au Niger

Une saison au Niger

Projection de la série nigérienne "Une saison au Niger" de Samira Seyni DJINGO, le 06 Avril 2019 au CCFN. Lire

Ma Belle Mère Ma Coépouse

Ma Belle Mère Ma Coépouse

Double Projections du film nigérien "Ma Belle Mère Ma Coépouse" de Moussa Hamadou DJINGAREY à Niamey le jour de la fete de Ramadam 2019 au Canal Olympia Blue Zone, à 17H et à 21H. Prix d'entrée : 3000F Lire

Slide # 3

Toukountchi Festival de Cinéma du Niger TFCN

LANCEMENT des inscriptions ce jour 24 MARS 2019 de la 4 ème édition Toukountchi Festival de Cinéma du Niger a Niamey du 30 octobre au 02 novembre 2019 qui sera couplé aux 3 èmes éditions de la Semaine de la Critique du Cinéma Nigérien et le Festival de films d'Animation (Hommage à Moustapha Alassane) Lire

Slide # 4

6è édition du Festival International du film sur les droits de l'homme FIFIDHO

La 6è édition du Festival International du film sur les droits de l'homme FIFIDHO se tiendra à Niamey le 06 avril 2020 sur le thème "La gouvernance africaine, quel chef d'état pour une Afrique émergente ?" Lire

2e Short Film Festival

2e Short Film Festival

Le 2ème Short Film Festival de l’Ambassade des États-Unis aura lieu à la Salle Canal Olympia Hippodrome, le 30 mars 2019 Lire

mardi 22 août 2017

Projection de "L'arbre sans fruit" d'Aicha Macky

"L'ARBRE SANS FRUIT" d'Aïcha MACKY le jeudi 31 août 11h00 à l'Espace des Diversités.
Projection suivie d'échanges sur le thème de l'infertilité.

L'arbre sans fruit est un film autobiographique, sur un sujet universel.
Mariée et sans enfant, Aicha se trouve dans une situation
« hors norme » dans son pays. Mais au Niger comme partout dans le monde, il y a des problèmes d’infertilité. À partir de son histoire personnelle, adressant ses questionnements à sa maman disparue en couche, la réalisatrice explore avec délicatesse les souffrances cachées des femmes et brise les tabous.
Le spectateur chemine ainsi aux côtés d’Aicha au Niger, une femme parmi les mères.

Le mot de la réalisatrice
Au Niger, où l’islam est la religion dominante, le corps en général, et celui de la femme en particulier, est tabou. Le sexe ? On n’en parle pas du tout ! « La femme ne doit pas être comme la lune qui se laisse découvrir, mais comme le soleil qui ne se laisse pas contempler. » Tout au long de mon enfance, j'ai été éduquée sur le socle des préceptes religieux et des non-dits.
Arrivée au Sénégal, un pays ouest africain et musulman comme le mien, j’ai été marquée par le rapport que les Sénégalais entretiennent avec la séduction, et notamment au sexe. Un jour, des femmes plus âgées m’ont parlée des relations homme/femme en toute liberté, sans s’imposer un code quelconque. Ce moment de partage entre femmes, loin de mon environnement habituel, m’a durablement influencée.
J’en ai fait un film, « Savoir faire le lit », qui décrit la transmission de l’art de la séduction et du sexe entre mère et fille. Ce film est un cadeau que j’ai fait à mon pays, comme lorsque l’on rapporte de voyage un objet nouveau. Lorsque j’ai présenté le projet du film au Niger, on m’a dit : « Tu auras tous les islamistes sur le dos, tu seras répudiée par ton époux, voire même bannie de ta société ». Mais il a été bien reçu : il a fait le tour des écoles et des universités. Cette réussite m’a donné le courage de continuer sur la même voie.
Avec « L'arbre sans fruit », j’ambitionne de faire voler en éclats un autre tabou : celui de l’infertilité.

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Votre message